Après la pause.

19 août 2017



Déjà quelques mois que je n'ai pas mis les pieds ici. J'ai essayé, parfois, mais je me suis toujours ravisé. Mon contenu me semblait dérisoire, inutile et inintéressant. Pourtant, j'aime partager, que mon expérience puisse, peut-être, servir à d'autres. Et en même temps, je ne me rends pas, moi-même, régulièrement sur les blogs des autres. Pourtant, quand, par hasard, je prends la peine d'y retourner, je suis toujours agréablement surprise par leur contenu. Mais dans ce cas-là, ce devrait être la même chose pour le mien ? Pourquoi les gens prendraient-ils le temps de venir ici, alors que je ne le fais pas moi-même ?

Passage au bio/naturel : la transition.

16 mars 2017



Il y a un an, je décidai de terminer tous les produits chimiques de ma salle de bain, pour ne plus jamais en racheter. Fini les shampoings bourrés de silicones, paraben et tout ce qui nous font miroiter une chevelure de rêve. Fini les cosmétiques et maquillage pour le visage, remplis de produits chimiques et dérivés du pétrole. Et à moi les produits bio, naturel, avec un composition aussi courte que mon petit doigt.

Ces livres qui me donnent envie de voyager.

5 févr. 2017



Malgré ma cadence d'escargot pour lire un livre, je suis tout de même une fervente amatrice de littérature. Je n'ai pas de style prédéfini, tout y passe. Mais quoiqu'il en soit, j'ai pu lire, plusieurs fois, des livres qui m'ont donné des envies d'évasions. Je ne suis pas une grande voyageuse dans l'âme, même si je l'aimerais beaucoup, les aléas de la vie font que. Le travail, les finances... Ce n'est pas toujours simple de faire ce que l'on veut. Il faut s'en donner les moyens me direz-vous. Certes, il le faut, oui. J'ai bien envie, cette année, de prendre le temps. Faire quelques voyages de quelques jours, pas forcément très loin, aux quatre coins de la France, dans les pays frontaliers, ou à l'autre bout du monde si je le peux. 

Le jour où, j'ai dis stop aux hormones !

28 janv. 2017

(Source : Pinterest)

Je suis de cette génération de filles qui a décidé de prendre la pilule tôt. Trop tôt. Non pas comme moyen de contraception principale, mais pour ôter ces petits boutons disgracieux qui venaient abîmer un visage encore enfantin, ou pour réguler ces cycles menstruels qui étaient tantôt trop longs, tantôt trop courts. Alors j'ai fais comme une grande majorité des jeunes filles de mon époque, et à 16 ans, mon médecin m'a prescrit ma première pilule. Il n'a pas rechigné, ne m'a posé aucune question. Je la voulais, alors je l'aurais.